Actualités décalées de l'été sur Westlaw

Version imprimableVersion imprimable

Westlaw est une base de données américaine spécialisée notamment en droit international et du Commonwealth proposant de la jurisprudence, de la législation, des revues et ouvrages, de l’actualité, etc. Les zones couvertes sont les Etats-Unis, le Royaume Uni, le Canada, l’Australie, l’Asie et le Pacifique. La base comporte également un accès à la législation et à la jurisprudence européenne, aux traités et aux rapports européens.

* !* Veuillez ouvrir Westlaw au préalable pour accéder directement aux articles ci-dessous * !* (accès distant Paris 1 et Paris 2)

Cette semaine, nous tenterons de répondre à l’épineuse question qui tourmente même les avocats les plus expérimentés : peut-on rire n’importe où ? Peut-on faire preuve d’humour au tribunal ? L’humour est-il un témoin gênant ? Ou au contraire, un bon mot ne vaut-il pas mieux qu’un long discours lors d’une plaidoirie ?

D’après le Guide des avocats de la Cour suprême des Etats-Unis « Attempts at humor usually fall flat ».

Même dans l’intention de réveiller un jury au bord de la neurasthénie, Robert Larsen conseille de refouler son clown intérieur sauf si l’on souhaite verser dans l’autodérision : « § 14:43. Should a lawyer engage in humor or hijinks during the closing argument? »

Janet Kole place aussi l’humour sur le banc des accusés. En effet, le rire est une affaire personnelle. Si l’avocat a un sens de l’humour trop unique, l’effet sera à contresens sur le jury. La plaisanterie reste la prérogative du juge qui, tel le roi dans sa cour, a le monopole du rire : DON’T BE FUNNY.

L’affaire de l’humour paraît mal engagée. La parole est à la défense. Michael Kelly gagne son procès en réhabilitation grâce à 3 conseils pour utiliser l’humour à bon escient : trouver le bon moment, ne pas être irrespectueux, sentir si le juge s’y prête. HUMOR IN THE COURTROOM

En conclusion, faites appel à l’humour mais n’oubliez jamais que le juge est toujours plus drôle que vous.

 

Le service de la recherche documentaire. Une question ? Cujasdocelec[at]univ-paris1.fr

Crédits photo : La femme émancipée. Nancy : Phototypie A. Bergeret et Cie, 1900. Source : Ville de Paris / Bibliothèque Marguerite Durand